News du Luxe

Unifab contrefacon
07 | 07 | 20

Unifab : coup d'envoi officiel de l'opération de sensibilisation des consommateurs aux dangers de la contrefaçon

 

 

L’Union des Fabricants (Unifab), association française de promotion et de défense du droit de la propriété intellectuelle qui regroupe 200 entreprises et fédérations professionnelles issues de tous les secteurs d’activité, encourage aujourd'hui la solidarité contre la contrefaçon et le piratage, à l’occasion du lancement de sa campagne de sensibilisation des consommateurs en ligne.
 

Pour lutter contre la prolifération des faux produits, dont ils sont 4.5 millions à avoir été interceptés par la douane en 2019, les acteurs majeurs du monde de l’authentique, ont à cœur de s’unir dans ce contexte, inédit, de crise sanitaire pour prévenir la population des dangers auxquels ils s’exposent en consommant de la contrefaçon et en piratant des contenus digitaux.

 

Les faits et chiffres édifiants qui reflètent la situation actuelle doivent être soulignés et provoquer une prise de conscience collective pour le plus grand nombre, notamment concernant :

  • les impacts sur l’économie, qui révèlent des pertes astronomiques en France avec 6.7 milliards d’euros de pertes par an et plus de 38 mille emplois supprimés. Ce phénomène qui représente 3.3% du commerce mondial, s’étend à tous les Etats européens qui perdent 15 milliards d’euros de recettes publiques chaque année,
  • les conséquences sur l’environnement sont également importantes, notamment avec le rejet  de déchets toxiques dans la nature par exemple, par le manque de conditions vertueuses de fabrication de ces produits illégaux,
  • la santé et la sécurité des consommateurs, dont 37% d’entre eux ont déjà été dupés en achetant une contrefaçon sur Internet, pensant faire l’acquisition d’un bien authentique, est un réel enjeu.

« Soyez, Achetez, Consommez VRAI. Solidaires contre la lutte anti-contrefaçon et le piratage », tel est le slogan qui sera relayé par l’Unifab et diffusé pars ses partenaires, ainsi que ses soutiens citadins tel que JCDecaux ou bien digitaux avec Facebook / Instagram, Dailymotion, Google et eBay qui, grâce à l’implémentation de bannières sur leurs plateformes, contribuent à informer la population.

 

 

Digitaliser cette campagne est une issue incontournable car le confinement a permis une explosion de l’e-consommation de faux produits en tous genres liés ou non à la pandémie COVID-19, ainsi ont été recensés :

  • près de 34 000 masques chirurgicaux contrefaisants sur un total de plus de 37 000 dispositifs médicaux non-autorisés et contrefaisants,
  • l’identification, par les autorités, de plus de 2 500 réseaux relatifs à la contrefaçon de produits sur Internet, les réseaux sociaux et les marchés en ligne,
  • la saisie de près de 13 millions d’euros de faux médicaments potentiellement dangereux,
  • l’inspection de plus de 325 000 colis dont environ 50 000 ont été saisis,
  • la saisie de 4.4 millions d’unités de produits pharmaceutiques illicites,
  • le démantèlement de 37 groupes de crimes organisés.

 

 

Durant cette période, les contrefacteurs n’ont pas hésité à s’adapter et reconvertir leurs outils de production pour élargir leurs domaines de couverture :

  • des usines de petits équipements ménagers, transformées en manufactures de faux masques,
  • des unités de production de faux parfums se sont improvisées usine de faux gels hydro-alcooliques,
  • des contrefacteurs spécialisés dans la maroquinerie sont devenus des fabricants de masques qui, sans aucun doute, ne respectent pas le cahier des charges et les règles sanitaires…

L’Unifab profite également de ce coup d’envoi officiel, pour formuler des recommandations précises, à destination des décideurs politiques, telles que l’intensification des mesures mises en place en offrant son soutien aux agents opérationnels de la douane, de la police et de la gendarmerie, l’exigence d’une réponse franche des plateformes de e-commerce par la suppression proactive des annonces illicites, des actions politiques et réglementaires de la part des gouvernements en hiérarchisant les délits de propriété intellectuelle qui nuirait à l’économie, l’environnement et la confiance des consommateurs.