News du Luxe

farfetch_1-compressed.jpg
30 | 11 | 20

Alibaba x Farfetch - L’union des géants

 

Si l’alliance (et le montant du rachat) de Tiffany & Co par LVMH avait marqué les esprits en 2019, c’est aujourd’hui avec une opération à 1,15 milliard de dollars que des mastodontes du luxe présentent un partenariat stratégique mondial.

 

En effet, le 5 novembre dernier Alibaba et Richemont ont annoncé qu’ils investiront, chacun, 300 millions de dollars dans Farfetch Limited et 500 millions de dollars dans une co-entreprise (joint-venture) « Farfetch China » permettant d’accroitre leur pénétration du marché Chinois,  mais pas seulement. Ce partenariat baptisé "Luxury New Retail" doit également permettre d’optimiser la digitalisation de l’industrie du luxe à l’échelle mondiale.

 

En s’associant avec Farfetch, market-place qui propose une sélection de marques de luxe triées sur le volet, cette opération montre la volonté d’expansion prise par le digital dans l’industrie du luxe. Via un catalogue de plus de 300 marques européennes pointues, à l’identité affirmée et parfois émergente, Farfetch sait exactement comment séduire les Millenials et la Génération Z chinoise, qui, rappelons-le, sont les clients les plus dépensiers et les plus sophistiqués, tout marché confondu. Le profil parfait pour des marques. Et si le marché du luxe en Chine doit représenter la moitié des ventes mondiales d’ici 2025, et qu’il concerne des centaines de millions de jeunes clients nés avec le digital, qui de mieux qu’Alibaba, géant chinois du e-commerce, pour appuyer ce rapprochement en faveur du digital retail ?

 

La période de crise sanitaire a définitivement donné un élan au mutualisation des investissements financiers et technologiques ainsi qu’aux changements profonds. Si le luxe tend de plus en plus à investir dans l’éthique, la responsabilité et la durabilité (upcycling, make to order, ralentissement du rythme des collections…), force est de constater qu’il en est de même sur le plan du digital. Les acteurs ont bien conscience que le luxe de demain appartient aux jeunes, voire aux très jeunes et qu’il est vital d’occuper le terrain du numérique de façon globale. Surtout dans un contexte où le manque de clients chinois affecte cruellement les grandes maisons.

 

L’accord autour de Farfetch illustre parfaitement comment les rapprochements et les perspectives retail communes sont devenus des leviers indispensables dans un secteur de plus en plus compétitif. Tiffany et LVMH, mais aussi Chanel, qui a récemment réalisé plusieurs acquisitions en vue de sécuriser ses approvisionnements (rachat des maisons de production de la marque, ou d’actions ciblées)

 

Comme l'indique Thibaut de La Rivière, directeur de Sup de luxe,

« Le temps est aux partenariats stratégiques et plus que jamais la transition et l’expansion digitale du luxe sont nécessaires. »