News du Luxe

BNPL - Klarna
23 | 08 | 21

« Buy Now, Pay Later » : Une tendance qui se confirme

Bien que les clients aient enfin retrouvé le chemin des boutiques physiques, les sites de vente en ligne continuent leur ascension et tentent de les fidéliser grâce à des stratégies ciblées. Illustration avec le « Buy Now, Pay Later » (BNPL) ou comment la maîtrise du digital répond à une demande d'immédiateté et apporte une flexibilité inédite.

 

Un système qui séduit 

 

C’est l’une des accélérations les plus significatives de ces dernières années. Déjà pratiqué depuis plus d’une décennie, le « Buy Now, Pay Later » (paiement différé, en français) est un modèle de financement totalement dématérialisé qui permet aux clients de régler leurs achats en plusieurs fois, et le tout sans risque : le commerçant est payé sur le champ et le risque d’impayé est assumé par le fournisseur du service.
Un processus d’achat qui permet donc aux marques de répondre à une nouvelle demande dans le domaine de l’expérience client et du relationnel (les générations Y et Z y sont très sensibles).

Cette simplicité et cette instantanéité sont indéniablement des valeurs ajoutées pour les clients, mais aussi pour les marques et les plateformes. En effet, proposer des solutions "omnicanal" est devenu vital.
Et, si le dernier maillon de la chaine est le paiement, il accompagne et s’adapte aujourd’hui à tous les contextes et les situations. Le BNPL, mais aussi tout les nouveaux formats qui en découlent ou qui sont liés, mettent en avant une vision globale d’optimisation du paiement. Réduction du temps de passage en caisse, meilleure gestion du "checkout" en ligne, analyse et utilisation des données… Tous ces nouveaux usages transforment profondément l’écosystème du paiement et répondent à une demande d’immédiateté tout en garantissant la sécurité des transactions. L’un des leaders du secteur du Buy Now Pay Later est le suédois Klarna (© photo), aujourd’hui valorisé à 46 milliards de dollars, mais on compte également des géants de la finance comme J.P. Morgan, ou American express. Apple envisagerait même de se lancer sur ce segment.

Un bel exemple de la maîtrise du digital et de la gestion des data qui permettent de délivrer une expérience de paiement fractionné sans rupture, rapide et sûr. Illustration avec la marque française Zadig et Voltaire qui a vu ses ventes à distance s’accélérer en équipant toutes ses boutiques de la solution Pay by Link. Une intégration d’un système de paiement personnalisable, toujours plus optimisé et permettant un achat en boutique via un lien de paiement.
Le résultat ? Des ventes préservées et une fidélisation unique des clients.

 

Des limites ? 

 

Si ces adaptations peuvent parfois effrayer (sécurité des informations, risque d’endettement) tout les acteurs assurent pourtant que les données sont ultra sécurisées et le système est habilement géré. Bien que ce type de service financier ne soit généralement pas soumis aux lois sur le crédit à la consommation, des contrôles sont effectués et ceux-ci vont se durcir dans les années à venir afin de parvenir à une régulation stricte et transparente.

 

Un modèle d’avenir  

 

Comme le souligne Thibaut de La Rivière, directeur de Sup de Luxe :
«  Ce nouveau service de paiement s’inscrit dans une volonté d’adaptation permanente de la part des marques et des plateformes et ce, grâce à la puissance des data. Une stratégie axée sur le futur qui va continuer à muter et à se développer » .

En effet cette formule est très attractive. Chez la plupart des acteurs du marché, les hausses sont spectaculaires : jusqu’à +48% d’augmentation des ventes pour certains. Selon Kaleido Intelligence, service d’analyse de tendance et de veille concurrentielle, la valeur de ce genre de transactions devrait passer de 353 milliards de dollars en 2019 à 680 milliards de dollars en 2025 dans le monde. Une croissance exponentielle due notamment à la crise sanitaire et renforcée par un modèle de consommation en constante recherche de rapidité.

A considérer donc, comme l'une des grandes tendances du marché…